SAINTES PERPETUE ET FELICITE ET LEURS COMPAGNONS MARTYRS

Nous ne pouvons pas hésiter à dire que Perpétue et Félicité et leurs compagnons martyrs étaient de chrétiens d’une résistance spirituelle vraiment incroyable. Un exemple d’héroïsme pour chacun de nous. La force d’âme qu’ils possédaient était comparable à celle de n’importe quel grand saint notoire dans l’histoire de l’Église catholique. Il …

Continuer à lire

RELIQUAIRE DE SAINT LOUIS ROI A LA CATHEDRALE DE TUNIS

Sur les pas de Saint Louis, le reliquaire de Carthage, chef-d’œuvre méconnu d’Armand-Caillat « Le reliquaire de Saint-Louis de Carthage a les dimensions d’un véritable monument, les deux figures principales suffiraient à la réputation d’un sculpteur » Eugène-Melchior de Vogüé, A travers l’Exposition, in Revue des Deux Mondes, t.95, 1889.   Monumental …

Continuer à lire

LES CATACOMBES DE SOUSSE ET LE CULTE DES MORTS EN TUNISIE

Introduction Sousse, ancienne Hadrumetum, en Tunisie, connait déjà au IIème siècle une présence chrétienne forte et vivante. On sait qu’en 251 le Collège d’Anciens de Sousse demanda conseil à celui de Rome. Des vestiges témoignent d’une présence chrétienne bien antérieure. Mais ce que nous voulons remarquer aujourd’hui c’est sans doute …

Continuer à lire

PÈLERINAGE JUBILAIRE AUX SAINTS LIEUX DE CARTHAGE EN TUNISIE

Visite à l’Amphithéâtre de Carthage: ici nous évoquerons les persécutions et les martyrs chrétiens les plus importants: les Scillitains en 180, Sts Perpétue, Félicité et leurs compagnons, martyrisés en cet amphithéâtre (nous lirons leurs «Passion»), et le grand évêque de Carthage et martyr S. Cyprien. Finalement les 49 martyrs d’Abiténe… …

Continuer à lire

CROIX DE SBEITLA (Sufetula) TUNISIE

Nous voulons présenter de façon simple cette belle mosaïque chrétienne dite « Croix de Sbeïtla ». Pourquoi s’appelle-t-elle « de Sbeïtla »? Parce qu’elle a été trouvée dans une basilique chrétienne de campagne à Henchir Ali Ben Rzal, proche du site archéologique de Sbeïtla au sud de la Tunisie. Sbeïtla est l’ancienne Sufetula, voilà pourquoi …

Continuer à lire

SUR LE CHAPITRE DE LA CATHEDRALE DE CARTHAGE

Sur le chapitre de la Cathédrale de Carthage L’article 20 du règlement disciplinaire de 1885 a-t-il été pris le 20 août comme le décret de constitution du chapitre ?  Réponse: Le document du Cardinal Lavigerie du 9 aout 1885 a seulement comme titre « Ordonnance du chapitre de la Cathédrale de …

Continuer à lire

La croix des chanoines du chapitre de la Cathédrale de Carthage

Révérend Père Silvio, Passionné d’histoire, je suis spécialiste de l’histoire des ordres de chevalerie et de leurs marques d’honneur, la « phaléristique ». Je suis tout particulièrement intéressé par les marques d’honneur ecclésiastiques, et notamment pas les croix portées par les chanoines et chapelains. Je travaille actuellement avec le Dr. Bernard Berthod, …

Continuer à lire

PAIN EUCHARISTIQUE DES PREMIERS SIECLES

Description Ce moule d’hostie pour le pain eucharistique, possède un diamètre de 150cm environ et une épaisseur ne dépassant pas 1cm. Il représente un cerf de Berberie derrière un arbre, encadré, à gauche d’une grappe de raisin et à droite d’une plainte céréale (blé), le tout entouré d’une inscription circulaire …

Continuer à lire

EPIGRAPHIE CHRETIENNE A PUPPUT (HAMMAMET) EN TUNISIE

L’épigraphie est l’étude des inscriptions réalisées sur des matières non putrescibles telles que la pierre (on parle alors d’« inscriptions lapidaires »), l’argile ou le métal. Cette science a pour objectif de les dater, de les replacer dans leur contexte culturel, de les traduire et de déterminer les informations qui peuvent en …

Continuer à lire

EL SAGRADO CORAZON EN EL ARTE CRISTIANO (espagnol)

Si bien no es el corazón desde un punto de vista arqueológico un símbolo eucarístico, sin embargo es muy interesante hablar del corazón en las primeras representaciones simbólicas de las lámparas cristianas en África del norte. Podemos conjeturar con muchas razones a favor, que varios fragmentos de lámparas cristianas encontradas …

Continuer à lire

LA REPRÉSENTATION DU CŒUR DE JÉSUS DANS L’ART CHRÉTIEN

Dom G. Dolan, dans sa préface de Sainte Gertrude, a exposé l’histoire du culte du Sacré-Cœur. Il y entreprend aussi celle de ses représentations dans l’art chrétien. Il cite dans un monastère de Chartreux, une clef de voute sur la quelle fut sculptée, vers 1474, un cœur symbole de l’Amour …

Continuer à lire

BAPTISTÈRES CHRÉTIENS EN TUNISIE

Définition[1] Le terme fonts baptismaux est composé de deux mots empruntés l’un au verbe grec baptizô qui signifie plonger, immerger et l’autre au mot latin « fons » signifiant source, fontaine et qui donne au pluriel « fontes ». La piscine baptismale désigne une cavité creusée dans le sol d’un baptistère destinée à l’administration …

Continuer à lire

NOTRE DAME DE CARTHAGE ET LA PÉRIODE FRANÇAISE EN TUNISIE

L’ostensoir de N. D. de Carthage Au domicile de l’archevêque de Tunis se trouve, déjà restauré, l’ostensoir utilisé au Congrès eucharistique de Carthage en 1930. La Vierge Marie y fut représentée. L’orfèvre ayant exécuté l’ostensoir, plaça au-dessous de l’hostie, dans le bras inférieur de la Croix, une artistique statuette en …

Continuer à lire

LITTÉRATURE MARIALE AFRIQUE DU NORD

Introduction Ces objets matériels, témoins du culte rendu à Marie aux premiers siècles, étaient conservés au Musée Lavigerie et cela avant l’Indépendance, mais malheureusement tous ces objets ne sont plus visibles aujourd’hui. Cependant nous avons le bonheur de posséder encore les œuvres des grands Docteurs de l’Eglise africaine qui ont …

Continuer à lire

RELIQUES SAINTES PERPETUE ET FELICITE EN FRANCE

Nous connaissons bien l’endroit du martyr de nos saintes à l’amphithéâtre de Carthage, nous connaissons bien leur tombeaux à la Basilique Majeure de Carthage, découverte par le P. Delattre. Mais leurs reliques malheureusement nous n’en connaissons rien. Pour cela, en ce jour mémoire des Saintes Perpétue et Félicité et leurs …

Continuer à lire

BULLES MARIALES – BASILIQUE MARIALE – INTAILLE MARIALE

Les bulles mariales Les Romains et les Byzantins scellaient leurs actes officiels au moyen d’une cordelette enroulée autour du parchemin, et dont les deux extrémités traversaient (par un petit canal) l’épaisseur d’une pastille de plomb. Avec une forte pince, on écrasait le plomb sur le cordon ; il était ainsi fixé …

Continuer à lire