EPIGRAPHIE CHRETIENNE A PUPPUT (HAMMAMET) EN TUNISIE

L’épigraphie est l’étude des inscriptions réalisées sur des matières non putrescibles telles que la pierre (on parle alors d’« inscriptions lapidaires »), l’argile ou le métal. Cette science a pour objectif de les dater, de les replacer dans leur contexte culturel, de les traduire et de déterminer les informations qui peuvent en …

Continuer à lire

EL SAGRADO CORAZON EN EL ARTE CRISTIANO (espagnol)

Si bien no es el corazón desde un punto de vista arqueológico un símbolo eucarístico, sin embargo es muy interesante hablar del corazón en las primeras representaciones simbólicas de las lámparas cristianas en África del norte. Podemos conjeturar con muchas razones a favor, que varios fragmentos de lámparas cristianas encontradas …

Continuer à lire

LA REPRÉSENTATION DU CŒUR DE JÉSUS DANS L’ART CHRÉTIEN

Dom G. Dolan, dans sa préface de Sainte Gertrude, a exposé l’histoire du culte du Sacré-Cœur. Il y entreprend aussi celle de ses représentations dans l’art chrétien. Il cite dans un monastère de Chartreux, une clef de voute sur la quelle fut sculptée, vers 1474, un cœur symbole de l’Amour …

Continuer à lire

BAPTISTÈRES CHRÉTIENS EN TUNISIE

Définition[1] Le terme fonts baptismaux est composé de deux mots empruntés l’un au verbe grec baptizô qui signifie plonger, immerger et l’autre au mot latin « fons » signifiant source, fontaine et qui donne au pluriel « fontes ». La piscine baptismale désigne une cavité creusée dans le sol d’un baptistère destinée à l’administration …

Continuer à lire

NOTRE DAME DE CARTHAGE ET LA PÉRIODE FRANÇAISE EN TUNISIE

L’ostensoir de N. D. de Carthage Au domicile de l’archevêque de Tunis se trouve, déjà restauré, l’ostensoir utilisé au Congrès eucharistique de Carthage en 1930. La Vierge Marie y fut représentée. L’orfèvre ayant exécuté l’ostensoir, plaça au-dessous de l’hostie, dans le bras inférieur de la Croix, une artistique statuette en …

Continuer à lire

LITTÉRATURE MARIALE AFRIQUE DU NORD

Introduction Ces objets matériels, témoins du culte rendu à Marie aux premiers siècles, étaient conservés au Musée Lavigerie et cela avant l’Indépendance, mais malheureusement tous ces objets ne sont plus visibles aujourd’hui. Cependant nous avons le bonheur de posséder encore les œuvres des grands Docteurs de l’Eglise africaine qui ont …

Continuer à lire

RELIQUES SAINTES PERPETUE ET FELICITE EN FRANCE

Nous connaissons bien l’endroit du martyr de nos saintes à l’amphithéâtre de Carthage, nous connaissons bien leur tombeaux à la Basilique Majeure de Carthage, découverte par le P. Delattre. Mais leurs reliques malheureusement nous n’en connaissons rien. Pour cela, en ce jour mémoire des Saintes Perpétue et Félicité et leurs …

Continuer à lire

BULLES MARIALES – BASILIQUE MARIALE – INTAILLE MARIALE

Les bulles mariales Les Romains et les Byzantins scellaient leurs actes officiels au moyen d’une cordelette enroulée autour du parchemin, et dont les deux extrémités traversaient (par un petit canal) l’épaisseur d’une pastille de plomb. Avec une forte pince, on écrasait le plomb sur le cordon ; il était ainsi fixé …

Continuer à lire

BELALIS MAIOR – HENCHIR EL FAOUAR – BEJA

BIBLIOGRAPHIE D’AMMAR MAHJOUBI Professeur émérite des Universités (Tunis) Fournie par lui-même, mars 2003 I   Ouvrages : Recherches d’histoire et d’Archéologie à Henchir el-Faouar, I : la cité des Belalitani Maiores. Thèse de Doctorat d’Etat, Tunis, 1978. Publications de la Faculté des Lettres de Tunis, 550 pages. II   Articles : Découverte et Identification d’une …

Continuer à lire

NOTRE DAME DE CARTHAGE – ARCHÉOLOGIE

Archéologie Mariale 1. Le bas-relief de la Sainte Vierge Le bas-relief que nous allons présenter possède trois caractéristiques : -Bas-relief de marbre blanc magnifiquement fouillé en 1881 dans les ruines de la basilique Damous el Karita[1], mais malheureusement très mutilé. -Il nous offre d’une façon certaine l’image de la Mère de …

Continuer à lire

ARCHÉOLOGIE MARIALE ET LE P. DELATTRE

Arrivé à Carthage dans les premiers jours de novembre 1875, le Père Delattre fut chargé tout particulièrement de donner ses soins aux indigènes malades qui venaient à Saint Louis ou qu’il allait visiter dans leur pauvre demeure. Pour lui prouver leur reconnaissance, ceux-ci lui apportaient des inscriptions ou des objets …

Continuer à lire

THYNA EN TUNISIE

Thyna (طينة), également orthographié Tyna ou Tina, est une ville tunisienne située à 12 kilomètres au sud de Sfax. L’ancienne Thaenae constituait la cité la plus méridionale de la province romaine d’Afrique et formait l’une des extrémités du limes — l’autre étant Thabraca au nord-ouest de la Tunisie au-delà duquel …

Continuer à lire

CHRISTIANISME A BULLA REGIA EN TUNISIE

Bulla Regia, cité chrétienne: Dans la période d’émergence du christianisme, la cité se dote dès 256 d’un évêque, marque de la richesse de ses habitants et de son terroir. Augustin d’Hippone considère la cité comme totalement christianisée dès 399. La cité est aussi représentée au concile de Carthage — ouvert le 1er juin 411 — qui condamne le schisme donatiste. Augustin d’Hippone accuse, à cette …

Continuer à lire

REPÈRES D’ARCHÉOLOGIE CHRÉTIENNE EN TUNISIE

REPÈRES D’ARCHÉOLOGIE CHRÉTIENNE EN TUNISIE[1] Ce rapport pour les plus intéressés à l’archéologie, ne peut être qu’une brève énumération des nombreuses découvertes survenues pendant quinze ans en Tunisie. A ce travail de Picard datant de 1953, je me permets d’ajouter quelques actualisations après les dernières visites que moi-même j’ai faites …

Continuer à lire

SAINTS PAPINIEN ET LEURS COMPAGNONS MARTYRS

Saints Papinien, Hortulan, Florentin, Hubain et leurs compagnons martyrs A la date du 28 novembre, nous honorons en une seule fête onze évêques d’Afrique, victimes de la persécution vandale. Dans le récit que fait de leur mort Victor de Vite, leurs noms se rencontrent épars et s’ils sont regroupés dans …

Continuer à lire

SAINTS QUODVULTDEUS ET DEOGRATIAS, ÉVÊQUES ET CONFESSEURS DE LA FOI

Au début de l’invasion vandale dans les terres africaines, (20 juillet 429), Carthage avait perdu son vieil évêque, Aurélius : plus heureux que son ami Augustin, il n’avait vu que les signes qui annonçaient la tempête. Son successeur Capreolus écrivait en 431 aux Pères d’Ephèse que les maux effrayants dont …

Continuer à lire

LE BAPTISTÈRE DE L’UNITÉ

-Le baptistère de l’Eglise de l’unité en Kelibia[1] L’œuvre est l’une des pièces maîtresses de ce musée depuis sa découverte dans l’église appelée «de l’unité», à sept kilomètres de Kélibia, plus précisément à Demna. Elle a été trouvée dans les ruines d’une basilique, à proximité de la mer. J’y suis …

Continuer à lire