LES SAINTS D’AFRIQUE DU NORD (I)

LES SAINTS DE L’AFRIQUE DU NORD

3 janvier : SAINT FULGENCE, évêque
Mémoire. À Ruspe, en Byzacène, en l’an 532, Saint Fulgence, procurateur de cette province, se fit moine ; ensuite, devenu évêque, il eut beaucoup à souffrir de la part des ariens, au temps de la persécution des Vandales, et fut deux fois exilé en Sardaigne par le roi Thrasamond. Rendu enfin à son peuple, il le nourrit fidèlement de la Parole de Vérité et de grâce, durant les dernières années de sa vie.

5 janvier : SAINT DEOGRATIAS, évêque
Mémoire. À Carthage, en 458, Saint Deogratias, évêque et confesseur. Lors de l’invasion des Vandales, il racheta un grand nombre de chrétiens qui, ayant refusé d’adhérer à l’hérésie arienne, avaient été arrêtés et vendus comme esclaves. Puis riche en bonnes oeuvres, il s’endormit dans le Seigneur.

10 janvier : SAINT SALVIUS, martyr
Mémoire. Saint Salvius, fut martyrisé en Afrique au IIIe siècle, au début de l’ère chrétienne. Saint Augustin fit un sermon au peuple de Carthage le jour de sa naissance au ciel.

11 janvier : SAINTS VICTOR Ier, MILTIADE et GÉLASE Ier, papes
Mémoire. Saint Victor est le 14ème évêque de Rome qui gouverna l’Église romaine. Il favorisa systématiquement les éléments romains au sein de l’Église. C’est à cette époque que le latin supplante le grec dans la liturgie. Victor est le premier pape de langue latine.
Saint Miltiade ou Melchiade, né en Afrique, fait partie de la catégorie des papes africains. Il est évêque de Rome de 311 jusqu’à sa mort le 10 ou le 11 janvier 314.
Saint Gélase Ier, pape d’origine berbère, est le 49ème pape (492–496). Son règne a duré à peine quatre ans mais sa
contribution aux rapports entre Église et État et au concept même de papauté a été décisive.

18 janvier : SAINTS SUCCESSUS, PAUL ET LUCIUS, martyrs
Mémoire. À Carthage, en 248 ou 249, les Saints martyrs Successus, Paul et Lucius, évêques, qui participèrent au Concile tenu en cette ville et furent mis à mort sous l’empereur Dèce.

27 Janvier : SAINT THEOGÈNE, évêque et martyr
Mémoire. À Hippone en Numidie, vers 257, Saint Théogène, martyr, Saint Augustin parle de lui dans un sermon.

4 février : SAINTS CELERIN ET SES COMPAGNONS, martyrs
Mémoire. À Carthage, en 280, Saint Célerin, lecteur et martyr. Détenu en prison, subissant les entraves, les fers et divers tourments, il fut un confesseur invincible du Christ, frayant aux autres le chemin de la victoire et suivant les traces de son aïeule Célerine, couronnée déjà du martyre, de Laurent, son oncle paternel et d’Ignace, son oncle maternel, qui autrefois furent dans les camps de l’armée puis, devenus vrais soldats de Dieu, méritèrent par leur glorieuse passion les palmes et les couronnes du Seigneur.

13 février : MARTYRS D´ABITÈNE
Mémoire. Groupe de quarante-six martyrs d’Abitène en Afrique, durant la persécution de l’empereur romain Dioclétien (284-305), arrêtés lors d’une célébration eucharistique puis conduits à Carthage pour y être jugés. Comme ils avaient ardemment défendu leur foi, on les laissa tous périr en prison. Leurs « Acta » portent le sceau de l’authenticité.

19 février : SAINT QUODVULTDEUS, martyr
Mémoire. À Naples, en 439, la mise au tombeau de Saint Quodvultdeus, évêque de Carthage. Avec son clergé, sur l’ordre du roi arien Genséric, il fut expulsé, embarqué sur des bateaux avariés, sans voile ni aviron, et, contre tout espoir, il aborda près de Naples ; c’est là qu’il succomba, confesseur de la foi.

24 Février : SAINTS MONTANUS ET COMPAGNONS, martyrs
Mémoire. Quelques jours après la mort de Saint Cyprien à Carthage, une émeute éclata et le proconsul en rendit les chrétiens responsables, ce qui entraina des poursuites et des nouvelles arrestations dont celles de Montanus et ses compagnons. La plupart d´entre eux faisaient partie du clergé. Ils subirent, en compagnie de beaucoup d´autres fidèles, le lent martyre des cachots. On voit dans leur « Passio » comment ils se préparaient au martyre avec une grande foi, pureté d´âme et espérance des biens éternels.

7 Mars : SAINTES FELICITE ET PERPETUE ET LEURS COMPAGNONS, martyrs
Fête. En 303, sous l’empereur Septime Sévère, elles furent arrêtées à Carthage avec de jeunes catéchumènes. Perpétue était l’une d’elles, matrone d’environ vingt-deux ans, mère d’un enfant à la mamelle. Félicité était une esclave ; comme elle était enceinte, elle devait, d’après les lois, attendre d’avoir enfanté ; elle gémissait dans les douleurs de l’enfantement, mais se réjouissait d’être exposée aux bêtes. Elles s’avancèrent de la prison à l’amphithéâtre, le visage radieux, comme pour le ciel. Avec elles, souffrirent aussi le martyre, les Saints Saturus, Saturnin, Révocat et Secondin.

24 Mars : SAINT VICTORIEN ET SES COMPAGNONS, martyrs
Mémoire. Commémoraison des Saints martyrs Victorien, proconsul de Carthage et deux frères de la ville d’Aquarège; de plus, deux autres marchands. Ces Saints, à l’époque de la persécution des Vandales, sous le roi arien Hunéric, en 434, souffrirent les plus cruelles tortures pour avoir confessé avec constance la foi catholique, et reçurent la couronne de gloire.

29 Mars : SAINTS ARCHIMIUS, ARMOGASTE ET SATURUS, martyrs
Mémoire. Saints Archimius, Armogaste et Saturus martyrs en Afrique au temps de la persécution de Genséric, roi des Vandales, vers 462. Ils étaient de la cour du roi Théodoric qui voulut obtenir leur adhésion à l’arianisme. Devant la résistance de Saint Armogaste, il les condamna d’abord à des travaux de terrassement pour qu’ils soient humiliés devant leurs anciens collègues, puis condamnés aux mines. Réduits à l’état d’esclaves, ils furent employés comme bouviers jusqu’à leur mort. Mais on prit soin de ne pas les tuer afin de ne pas en faire des « martyrs romains ».

09 Avril : SAINTS TÉRENCE, MAXIME ET 40 COMPAGNONS, martyrs
Mémoire. Térence, Africain, Maxime, Pompée, Alexandre, Théodore et compagnons. Le gouverneur de Carthage en Afrique appliquait avec rigueur les édits de persécution de l’empereur Dèce. Saint Térence et ses compagnons restèrent fermes dans leur foi. Furieux, il voulut les vaincre par la souffrance et l’humiliation. Il les fit dépouiller de tous leurs vêtements et traîner ainsi jusqu’au temple d’Hercule. Devant leur constance, il voulut les convaincre par le fouet et les verges qui leur déchirèrent le corps. Puis ils furent décapités les uns après les autres.

10 Avril : BIENHEUREUX ANTOINE NEYROT, martyr
Mémoire. À Tunis, en 1460, le Bienheureux Antoine Neyrot, prêtre de l’Ordre des Prêcheurs et martyr. Enlevé par des pirates et conduit de force en Afrique, il eut la faiblesse d’apostasier et de se marier, mais, avec le secours de la grâce divine, un Jeudi Saint, il reprit en public son habit religieux et, frappé d’une grêle de pierres, il expia sa faute par le martyre.

30 Avril : NOTRE-DAME D´AFRIQUE
Solennité. La Basilique de Notre-Dame d´Afrique fut achevée en 1872, après quatorze ans de travaux. L’architecte Jean Eugène Fromageau, la construisit sur un plan byzantin, la surmontant d’une coupole. La basilique est considérée comme le miroir et le pendant, de l’autre côté de la Méditerranée, de Notre-Dame-de-la-Garde à Marseille. Son importance symbolique et religieuse se trouve résumée dans cette maxime inscrite en français, en arabe et en kabyle sur le mur de l’abside derrière l’autel : « Notre Dame d’Afrique priez pour nous et pour les Musulmans ». Elle a été restaurée en 2010.

4 Mai : SAINTS VINDÉMIAL, LONGIN ET EUGÈNE, martyrs
Mémoire. Commémoration des Saints évêques et martyrs Vindémial, de Capsa en Numidie, et Longin, de Pamaria en Maurétanie, qui combattirent les ariens au Concile de Carthage. En 483, sur l’ordre d’Hunéric, roi des Vandales, ils furent décapités.

6 Mai : SAINTS JACQUES, diacre et MARIEN, lecteur
Mémoire. À Lambèse en Numidie, en l’an 259, les Saints martyrs Marien, lecteur, et Jacques, diacre. Le premier avait déjà triomphé des rigueurs de la persécution de Dèce en confessant le Christ. Il fut pris une seconde fois avec son illustre collègue, et tous deux, après des supplices cruels, mais fortifiés par la grâce divine, périrent par l’épée avec beaucoup d’autres.

16 Mai : SAINT POSSIDIUS, évêque
Mémoire. Possidius de Calame ou Possidonius. Il est élu évêque de Calame en 397. À partir de 404, il fut violemment persécuté par les païens de sa ville, puis il dut s’exiler après l’invasion de l’Afrique par les Vandales. Il assista Saint Augustin sur son lit de mort, en 430, et lui ferma les yeux. Il est compté parmi les pères fondateurs de l’ordre des chanoines réguliers dits aussi de Saint Augustin. La tradition italienne le fait mourir à Mirandole où il avait trouvé refuge.

22 Mai : SAINTS CASTE ET ÉMILE, martyrs
Mémoire. En Afrique, vers 250, les Saints martyrs Caste et Émile, qui achevèrent leur martyre par le feu. Comme l’écrit Saint Cyprien, ces deux chrétiens vaincus dans un premier combat, le Seigneur les fit triompher dans un second, afin qu’après avoir cédé aux flammes, ils deviennent ensuite plus forts que les flammes.

24 Mai : NOTRE DAME DE CARTHAGE
Mémoire. En 1881, le Père Delattre, Père Blanc et archéologue, découvre dans les ruines de la basilique Damous el-Karita, à Carthage, un bas-relief de marbre blanc en deux parties, très endommagé, où il identifie l’Adoration de l’Enfant-Jésus par les Mages et l’Apparition de l’ange aux bergers. Il date le bas relief du IVe siècle. Plusieurs essais de reconstruction de la partie supérieure du bas-relief, la mieux conservée, furent réalisés très tôt. La plus fidèle fut exécutée, semble-t-il, sous les indications du P. Delattre, sans que l’auteur en soit connu. Elle est actuellement dans la chapelle Lavigerie, à la paroisse Saint Cyprien de Carthage à La Marsa. S. Figlia s’inspira de cette reproduction pour sculpter en 1914, en marbre de Carrare, l’actuelle statue de Notre Dame de Carthage. La statue se trouvait à la basilique primatiale Saint-Louis de Carthage jusqu’en 1964. Elle est maintenant à la Cathédrale de Tunis.

4 Juin : SAINT OPTAT, évêque
Mémoire. Saint Optat est le précurseur de Saint Augustin dans la lutte contre le schisme des donatistes, sectaires ambitieux, partisans de Donat, qui contestaient la validité du pouvoir de certains évêques, sous prétexte qu’ils étaient traditeurs ou ordonnés par des traditeurs. Le traditeur était celui qui, pendant les persécutions, avait livré aux païens des livres sacrés ou des objets liturgiques. Saint Jérôme parle de Saint Optat dans son oeuvre « De viris», mais sans détails biographiques. Saint Augustin le mentionne plus d’une fois, et avec grande estime. Il l’a cité longuement dans sa polémique anti-donatiste. Cent ans plus tard, Saint Fulgence de Ruspe voit dans Optat un maître comparable à Augustin et à Ambroise. Optat, (nom très répandu en Afrique, vers le IVe siècle) fut évêque de Milève, en Afrique.

10 Juin : SAINTE OLIVE, martyre
Mémoire. Mise à mort à Brescia où se trouvent ses reliques, mais l’histoire est plus discrète que la légende. La légende dit qu’elle était une petite chrétienne de Palerme en Sicile et qu’à treize ans, elle fut prise par des pirates et emmenée à Tunis. Quand ils apprirent qu’elle était de sang royal, ils l’épargnèrent, la laissant dans une forêt pour que ce soient les bêtes sauvages qui la tuent. Elles la protégèrent et le gouverneur la ramena dans sa prison, la soumit à de dures tortures et, pour s’en débarrasser, il n’eut d’autres solutions que de la faire décapiter. Chose étonnante, il y a à Tunis une « mosquée d’Olive » construite sur une ancienne basilique byzantine qui rappelait le lieu du martyre d’Olive.

17 Juin : SAINTE EMILIE DE VIALAR
Mémoire. À Marseille, en 1856, Sainte Émilie de Vialar, vierge. Dans le souci de diffuser l’Évangile dans les contrées les plus lointaines, elle fonda la Congrégation des Soeurs de Saint-Joseph de l’Apparition et, à travers les tracas, les persécutions, la pauvreté, elle développa considérablement son institut en fondant quarante-deux maisons, de l’Afrique du Nord à la Birmanie.

18 Juin : SAINT ROCH, patron de la Ville de Tunis
Fête à Tunis. C’est le Saint représenté le plus fréquemment (avec St Jacques) dans les églises ou au bord des rues ou sentiers empruntés par les chemins de St Jacques allant à Compostelle, aussi bien en France qu’en Espagne, car les pèlerins se plaçaient sous sa protection pour qu’il les préserve des maladies sur le Chemin. En Lombardie, vers 1379, le trépas de Saint Roch. Né à Montpellier, il se fit pèlerin et, en soignant des pestiférés à travers l’Italie, il s’acquit une réputation de sainteté.

26 Juin : SAINTE GUDDÉNIS, vierge et martyre
Mémoire. À Carthage, en 203, Sainte Guddénis, martyre. Par ordre du proconsul Rufin, pour avoir confessé le Christ, elle fut condamnée à quatre reprises, torturée avec des ongles de fer, longtemps enfermée dans un cachot infect, et enfin mise à mort par l’épée.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *