UN JOYAU DU CHRISTIANISME AU DESERT TUNISIEN

En l’an 2000 ont été découvertes par hasard, entre les localités de Dgueche et Tozeur, près de la route, des petites ruines romaines dont rien ne laissait supposer l’existence. Tout de suite a été informé l’Institut National du Patrimoine, qui classa l’espace, mais le lieu ne sera fouillé qu’en 2017 par des chercheurs de l’INP. Dans un premier temps, les chercheurs n’ont pas pu définir la nature de l’édifice. Il était enseveli dans le sable. C’est seulement lors d’une deuxième mission archéologique, en février 2018, qu’on s’apercevra être face à un joyau paléochrétien : une église rurale entièrement conservée. 

J’ai participé à une partie de la troisième mission archéologique, en février 2019, invité par les chercheurs de l’INP. Il s’agit donc d’une toute petite église (3m de hauteur des murs, sans compter les possibles voûtes et la toiture, et 15,50 de largeur au niveau de la nef centrale. Par la céramique (quelques lampes à l’huile) et les monnaies que les archéologues y ont trouvées (les fouilles sont encore en cours), cette église daterait, à peu près du Vème siècle.

Son architecture paléochrétienne est typique d’Afrique du Nord, avec des caractéristiques vraiment particulières, notamment au niveau de la qualité de sa conservation. Sur l’ensemble du monument on constate aussi une totale absence de mosaïques. A-t-elle été, peut-être, abandonnée avant la période byzantine ? Sa position géographique et le manque de sources épigraphiques ne nous permet pas pour l’instant de pouvoir la rattacher à une ville ou d’en savoir plus sur son historique.

Puisque les fouilles autour de l’église se poursuivent, il faut encore patienter pour avoir une meilleure compréhension du site. Les notices prosopographiques de l’Afrique du Nord à cette époque ne mentionnent pas de siège épiscopal à cet endroit précis. Au moins deux hypothèses se présentent : ou bien il s’agit d’une simple église rurale faisant partie d’un quartier appartenant à la ville et au siège épiscopal de Thusurus (Tozeur), ou bien il s’agirait une petite église faisant partie d’un monastère appartenant toujours à l’évêché de Tozeur. Il faut savoir qu’au sud, les communautés monastiques ont persévéré même après l’arrivée des arabes.

P. Silvio MORENO, ive

Un commentaire

  1. Moëz Hassoumi

    Les chrétiens tunisiens ont survécu aux conversions et aux persécutions jusqu’au 12ème siècle et il y avait des familles berbères chrétiennes jusqu’au 17 ème siècle au sud de la Tunisie j’ai lu cela quelque part dans un livre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *